Objectifs

L’objectif de République citoyenne est d’aider les citoyens à être acteurs pensants et vivants de la République.

Le moyen, employé par République citoyenne, consiste en un dialogue permanent avec des citoyens, d’autres associations, et avec les acteurs publics (politiques, administrations…), appelé « gouvernement ouvert » (open government en anglais).

La France est en effet l’un des 69 pays membres du Partenariat pour un Gouvernement ouvert (Open Government Partnership, dont l’acronyme est « OGP »). La France est actuellement vice-présidente de l’OGP et en sera présidente, pour un an, à partir de l’automne 2016.

Depuis sa création, en 2013, dans le cadre d’un dialogue avec l’État et d’autres associations, République citoyenne travaille à débattre, préciser et suivre la mise en œuvre en France, des principes de ce gouvernement ouvert « du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

Ce projet :

  • Est à but exclusivement civique, démocratique et non lucratif
  • Ne sert les intérêts d’aucun parti politique en particulier et accueille des contributeurs de toutes les sensibilités (voir la FAQ « Qui peut participer au projet ? »)

Objectifs généraux du projet

Réfléchir

Donner les moyens aux participants d’échanger de l’information sur les questions de gouvernement ouvert, de débattre, de se forger des opinions fondées sur la diversité des points de vue, pour être capable de dialoguer avec les parties prenantes en toute connaissance de cause, dans le cadre d’un processus de co-construction équilibré, notamment avec l’État.

Proposer

Être force de proposition collective, notamment en définissant ensemble une vision enthousiasmante de ce que pourrait être une République ouverte à la française (NB : depuis notre création, la France a rejoint l’OGP) dont elle est vice-présidente et bientôt présidente.

Informer

Être un lieu de référence et d’orientation pour les citoyens, les élus et les médias.

Peser

Peser ensemble pour garantir le succès d’une démarche centrée sur le progrès démocratique, face à des intérêts qui ne sont peut-être pas toujours ceux de la démocratie (tentatives de récupération ou déformation par des intérêts particuliers : personnalité politique, parti, entreprise, etc.) et évaluer la mise en place des engagements au fil du temps.

Donner l’exemple

Nous appliquer à nous-même les conclusions de nos réflexions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *