Rencontre des leaders de la société civile à la Fondation Ford (#OGPatUN #OGPcivilsociety), mercredi 24 septembre 2014

Dans le cadre du Sommet de l’OGP à l’ONU auquel République Citoyenne était conviée, la journée a commencé par un petit-déjeuner qui réunissait, à la Fondation Ford, des leaders de la société civile de différents pays du monde afin d’échanger sur le futur de l’action de la société civile au sein du Partenariat pour un Gouvernement ouvert.

Cette réunion avait notamment pour objectif de :

  1. Passer en revue les succès que la société civile a déjà atteints au travers de l’OGP et considérer la manière dont l’OGP peut constituer une plateforme pour accélérer l’agenda des organisations de la société civile (OSC)
  2. Partager des idées sur la manière d’élargir la base des réformateurs qui s’investissent pour un gouvernement plus ouvert et redevable
  3. Pour informer les participants sur le nouveau plan stratégique à 4 ans, en particulier dans le domaine de l’engagement de la société civile

Pour cette matinée, le hashtag #OGPCivilSociety a été utilisé en plus du hashtag #OGPatUN.

Darren Walker, president de la Fondation Ford, accueille les participants.

Mot de bienvenue de Darren Walker, president de la Fondation Ford. Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Darren Walker, president de la Fondation Ford. Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Suneeta Kaimal (Natural Resource Governance Institute, USA), l’une des représentantes de la société civile au comité de pilotage de l’OGP, décrit sa vision du Partenariat pour un Gouvernement ouvert.

Suneeta Kaimal, Natural Resource Governance Institute et représentante de la société civile au comité de pilotage de l’OGP. Photo CC BY-SA République Citoyenne.

Suneeta Kaimal, Natural Resource Governance Institute et représentante de la société civile au comité de pilotage de l’OGP. Photo CC BY-SA République Citoyenne.

Rakesh Rajani (Twaweza, Tanzanie), autre représentant de la société civile au comité de pilotage de l’OGP, a animé une table ronde dont les participants étaient Dhananjayan Sriskandarajah (Civicus, Afrique du Sud), Giorgi Kldiashvili (IDFI Georgia, Géorgie), Robin Hodess (Transparency International, Allemagne) et Paul O’Brien (Oxfam International, USA).

De gauche à droite, Rakesh Rajani (Twaweza), Dhananjayan Sriskandarajah (Civicus), Robin Hodess (Transparency International), Giorgi Kldiashvili (IDFI Georgia) et Paul O’Brien (Oxfam International). Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Table-ronde réunissant, de gauche à droite, Rakesh Rajani (Twaweza), Dhananjayan Sriskandarajah (Civicus), Giorgi Kldiashvili (IDFI Georgia), Robin Hodess (Transparency International) et Paul O’Brien (Oxfam International). Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

République Citoyenne a tweeté quelques-un des points clés de ces échanges :

Robin Hodess (Transparency International)

Robin Hodess (Transparency International). Photo CC BY-SA République Citoyenne.

Paul O'Brien (Oxfam International)

Paul O’Brien (Oxfam International). Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Aruna Roy

Aruna Roy (Mazdoor Kisan Shakti Sangathana, Inde). Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Jamie Drummond (ONE International). Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Jamie Drummond (ONE International). Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Au-delà des acteurs publics, plusieurs participants à la réunion soulignent l’importance de prendre en compte également les entreprises privées, lesquelles sont parfois aussi puissantes que les états.

Discussions avec avec la salle. Photo Credit: OGP/Evan Abramson

Disussions avec avec la salle. Photo Credit: OGP/Evan Abramson

Cliquer sur le tweet pour lire la conversation qui s’en est suivie avec @nenna et @openfoodfacts.

Pendant ce temps, Martin Tisné (Fondation Omidyar), représentant de la société civile au comité de pilotage de l’OGP, évoque son point de vue sur le rôle du Partenariat pour un Gouvernement ouvert comme une opportunité pour les OSC qui peuvent l’utiliser :

  1. Comme un canal facilitant la démultiplication des campagnes à l’échelle internationale d’OSC telles que Global Witness, Transparency International, Global Financial Integrity, Tax Justice Network…
  2. Comme une opportunité pour faciliter le dialogue de la société civile avec les gouvernements impliqués dans les grands processus de réformes internationales et l’émergence d’une position commune (c’est le cas, par exemple, de World Resources Institute qui travaille sur le Sommet de Rio, Transparency International et le G20, Save the Children et le cadre de développement post-2015)
Martin Tisné (Fondation Omidyar). Photo CC : BY-SA République Citoyenne

Martin Tisné (Fondation Omidyar). Photo CC BY-SA République Citoyenne.

Paul Maassen, coordinateur de la société civile pour l’OGP, clôture la réunion en présentant la stratégie à 3 ans de l’OGP.

 Paul Maassen, coordinateur de la société civile pour l’OGP, Photo Credit: OGP/Evan Abramson.


Paul Maassen, coordinateur de la société civile pour l’OGP, Photo Credit: OGP/Evan Abramson.

Stratégie 2015-2018 de l'OGP. Photo Credit: OGP/Evan Abramson

Stratégie 2015-2018 de l’OGP. Photo Credit: OGP/Evan Abramson

La réunion de la matinée se termine et nous nous réjouissons que le Gouvernement ouvert soit désormais considéré comme un sujet de première importance en France, avec une intervention annoncée du Chef de l’État pour l’assemblée de l’OGP qui se tient l’après-midi au siège de l’ONU :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *